Tatouage, piercing : bienvenue chez Graphicaderme

La genèse des studios de tatouage Graphicaderme

L’aventure Graphicaderme démarre grâce à un homme. Un tatoueur qui voyait sans doute un peu plus loin que le bout de son dermographe. Un artiste qui, fort de la reconnaissance de ses pairs à l’échelle internationale, souhaitait mettre sa créativité et son talent au profit du plus nombreux. Un artisan pour qui le succès d’un tattoo se dessine à deux : un tatoueur, et un tatoué.

Cet homme, c’est Stéphane Chaudesaigues ; et Graphicaderme, l’une de ses plus belles réussites.

 

Quand le maître du réalisme ouvre son salon de tatouage à Avignon

Maître incontesté et fondateur appliqué du tatouage réaliste, ce style où tant se sont illustrés depuis lui, Stéphane Chaudesaigues pose ses valises et aiguilles à Avignon en 1987, sur la place Pignotte. Il y ouvre un minuscule salon de tatouage qu’il baptiste Art Tattoo. Si Graphicaderme n’a pas encore le nom qu’elle porte aujourd’hui, les assises sont bel et bien posées.

 

Nom de baptême : Graphicaderme

Deux ans plus tard, le projet trouvera son nom définitif : Graphica, comme dessiné de main de maître, et derme, pour la couche de la peau. Les années suivantes, le tatoueur les passe entre les Etats-Unis et la France : de ce côté-ci de l’Atlantique, il met un point d’honneur à ouvrir des studios de tatouage alliant qualité et proximité.

 

Se faire tatouer d’Avignon à Valence…

L’enseigne se développe. Le studio de tatouage d’Avignon voit la naissance d’un premier petit frère en 1990, le salon de tattoo d’Orange. Quatre ans plus tard, le studio de tatouage de Nîmes ouvre ses portes ; il est imité, cinq années après, par le salon de tattoo de Vaison-la-Romaine, puis par le studio de tatouage de Valence, en 2003.

 

… en passant par Nancy et Chaudes-Aigues

L’intarissable soif de partage de Stéphane Chaudesaigues ne s’arrête pas là : en 2006, il ouvre un atelier de tatouage privé au cœur même de Paris, La Bête Humaine, puis, en 2013, il inaugure deux nouveaux espaces dédiés au tattoo et au piercing : le studio de tatouage de Nancy, et celui qui reste, à ce jour, sans nul doute le plus symbolique de tous : le salon de tattoo de Chaudes-Aigues.

Symbolique, parce que le nom de ce petit village cantalien, célèbre pour sa source d’eau chaude, résonne avec celui des ancêtres du tatoueur. Symbolique, parce qu’il accueille un autre projet, cher au maître du réalisme sur peau : le Festival International du Tatouage.

 

Les tatoueurs les plus prestigieux ont dit oui à Graphicaderme – et vous ?

Aujourd’hui, Graphicaderme, c’est plus d’un quart de siècle d’expérience, un nom plébiscité par les amateurs de tattoo et de piercing les plus exigeants, un développement irrésistible, et un terrain d’accueil pour les plus grands noms du tattoo mondial – quand on pense que Shane O’Neill, Nikko Hurtado ou encore Joe Capobianco ont honoré les studios de leur présence, force est de se dire que Graphicaderme a encore de très belles pages à écrire.